traverser


traverser

traverser [ travɛrse ] v. tr. <conjug. : 1>
• 980; lat. pop. °traversare, class. transversare, de transversus travers
I
1Passer, pénétrer de part en part, à travers (un corps, un milieu interposé). percer, transpercer. « Il faut [pour creuser le puits] traverser trois couches de terre et deux couches d'eau » (A. Gide). Radiation qui traverse un milieu. L'eau traverse la toile. filtrer. Fig. « Une douleur fulgurante [...] le traverse d'une épaule à l'autre » (Bernanos).
2Se frayer un passage à travers (des personnes rassemblées). « Pour arriver seulement à la porte, les magistrats municipaux devaient d'abord, au péril de leur vie, traverser la foule ameutée » (Michelet).
II
1(1080) Parcourir (un espace) d'une extrémité, d'un bord à l'autre. franchir, parcourir. « Il allait par monts et par vaux [...] , il traversait d'antiques forêts, de vastes bruyères » (Chateaubriand). Traverser l'Atlantique à la voile. Traverser une ville.
Couper (une voie de communication), aller d'un bord à l'autre. Traverser la rue, la route. Absolt « Des gens attendaient cinq minutes avant de pouvoir traverser, tant la queue des voitures s'allongeait » (Zola). Traverser un pont : aller d'un bout à l'autre du pont. « Je traversais le pont d'Iéna » (Chateaubriand).
(En parlant de choses mobiles) Le train traverse une plaine. Les bateaux traversent l'estuaire. Une rivière traverse le parc. arroser.
2(Choses sans mouvement) Être, s'étendre au travers de. Route qui traverse une montagne. « Les sentiers qui traversaient l'enclos » (Chateaubriand). La route traverse une voie ferrée. croiser. Le front « traversé d'une profonde balafre » (Martin du Gard). barrer.
3Aller d'un bout à l'autre de (un espace de temps), dépasser (un état durable). Traverser une période, une époque. « Ô malheureux ! vos noms traverseront l'histoire » (Hugo). « J'ai traversé bien des hasards » (Maupassant).
4(fin XVIe) Se présenter à (l'esprit), passer par (la tête). « Une lubie meurtrière qui venait de lui traverser l'esprit » (Caillois). « Des théories analogues ont plusieurs fois traversé l'imagination des hommes » (Taine) .
III
1(XIIe) Équit. Mettre de travers. Traverser le cheval. Pronom. Cheval qui se traverse.
2Vx Se mettre en travers de, s'opposer à. empêcher. Traverser les desseins de qqn.

traverser verbe transitif (latin populaire traversare, du latin classique transversare, remuer en travers) Aller d'un bord, d'une extrémité à l'autre d'un espace : Traverser la Manche. Traverser la rue. Une ride traverse son front. Pénétrer un corps, un milieu de part en part : La pluie a traversé la toile de tente. Se trouver, vivre dans une période, une situation qui durent : Nous traversons une crise économique. Se présenter à l'esprit d'une manière inopinée ou fugitive : Un souvenir m'a traversé l'esprit. Littéraire. Subsister par-delà les siècles : Son nom a traversé l'histoire.traverser (difficultés) verbe transitif (latin populaire traversare, du latin classique transversare, remuer en travers) Emploi Traverser un pont, naguère critiqué, est aujourd'hui passé dans l'usage. Remarque La critique de traverser un pont est fondée sur l'idée que la locution ne peut s'appliquer qu'à un mouvement dans le sens de la largeur, d'un parapet à l'autre. Pour un mouvement dans le sens de la longueur, on ne pourrait dire ou écrire, selon les puristes, que passer un pont, traverser un cours d'eau sur un pont, etc. ● traverser (synonymes) verbe transitif (latin populaire traversare, du latin classique transversare, remuer en travers) Aller d'un bord, d'une extrémité à l'autre d'un espace
Synonymes :
Pénétrer un corps, un milieu de part en part
Synonymes :

traverser
v. tr.
d1./d Passer à travers, d'un côté à l'autre. Traverser une rue.
Absol. Piéton qui traverse imprudemment.
(Moyens de transport.) Des pirogues traversent le fleuve.
|| Couper, croiser (en parlant de voies de communication, de cours d'eau). La route traverse la voie ferrée.
d2./d Pénétrer, passer de part en part. La pluie traverse sa veste.
d3./d Franchir d'un bout à l'autre (un laps de temps). Son nom a traversé les siècles.
|| Vivre, passer par (une période). Elle a traversé des moments difficiles.
d4./d (Sujet abstrait.) Passer par. Un doute lui traversa l'esprit.

⇒TRAVERSER, verbe trans.
I. — Franchir, parcourir quelque chose d'une extrémité à l'autre.
A. — [Le compl. est d'ordre spatial, il désigne une étendue, un milieu, une surface]
1. [Le suj. désigne un animé] Voyageur qui traverse les mers, un pays, une ville; traverser une chambre, un jardin, une forêt. Les campagnes (...) dansent en tourbillons avec les arbres et avec les longues files d'oiseaux qui traversent les airs (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 135):
1. Véritable Rattenfänger de légende, il n'eut qu'à paraître; par millions, les pauvres rats de tranchée, rats de vase, s'attroupèrent et le suivirent. Il traversa ainsi l'Europe, de Londres à Rome, tirant de ses pipeaux des sons qui faisaient venir les larmes aux yeux...
J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 97.
a) [Dans un cont. métaph.] [Jouffroy] avait la prétention d'avoir organisé avec exactitude la partie centrale de la science que, selon lui, M. Cousin n'avait que traversée et bientôt quittée pour se livrer à des excursions historiques en tous sens (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 8, 1853, p. 305).
b) En partic.
) [Le compl. désigne une voie de communication] Se rendre d'un bord, d'un côté à l'autre. Traverser une allée, un boulevard, une chaussée; traverser un cours d'eau, une rivière. Le peuple accourt, gémit (...) accompagne [le funèbre convoi] le long des rues qu'il traverse pour se rendre au palais (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 338). D'autres [hommes] pour me montrer leur ville me faisaient traverser le fleuve et l'admirer de l'autre rive (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 581).
Empl. pronom. à valeur passive. La Loire se traversait sur une passerelle de bois, à pied, valise à la main (CACÉRÈS, Hist. éduc. pop., 1964, p. 158).
Empl. abs. La rue était assez large et les voitures filaient en les empêchant de traverser (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 111).
) Traverser un pont. [Expr. tenue pour incorrecte par certains puristes] Parcourir un pont sur toute sa longueur pour franchir un cours d'eau. Sarrebrück était la dernière ville allemande; je n'avais qu'à traverser le pont pour être en France (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 134).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) [Le suj. désigne une chose dotée de mobilité, de mouvement, un moyen de locomotion] Synon. parcourir, sillonner. Des balles traversent l'air; une barque traverse un fleuve; une étoile filante traverse le ciel. Le petit déjeuner au wagon-restaurant, tandis que le train traversait la grande banlieue encore plongée dans les ténèbres (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1268).
b) [Le suj. désigne une chose dépourvue de mobilité] S'allonger, s'étendre d'un bout à l'autre, à la surface de quelque chose. Une route traverse le village; une lézarde traverse le mur. Le Roi de Rome est profondément endormi. Dans la blancheur du linge et des dentelles, que traverse le grand cordon de la légion d'honneur (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 109). Le chemin montait, traversait l'enceinte, s'arrêtait à un mur sans crénelures, bas: de là on voyait tout le pays, loin, très loin (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 53).
B. — [Le compl. est d'ordre temporel] Aller d'un bout à l'autre d'une période déterminée; se trouver, être engagé dans une situation particulière durant un certain temps.
1. [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers.] Traverser une crise, une guerre, une révolution; traverser une période faste, troublée. Cette charmante créature traversa ainsi pendant cinq mois les misères de la vie de bohème, la chanson et le sourire aux lèvres (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 210). La France traverse la crise politique, sociale, morale la plus profonde de son histoire (Manifeste parti populaire fr., 1936 ds Doc. hist. contemp., p. 170).
2. [Le suj. désigne une réalité concr. ou abstr.] Aller d'un bout à l'autre d'une période plus ou moins longue. Écrits, doctrines, valeurs qui ont traversé les âges, les époques. On pourrait imaginer une chanson, un conte, une de ces traditions populaires qui traversent les siècles, les montagnes, et les océans (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 171). Le grec conservait encore, dans les parties orientales de la Méditerranée, cette bienheureuse vitalité à laquelle la pensée humaine devra de traverser sans périr les temps difficiles qui vont venir (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 220).
II. — Passer à travers, percer, pénétrer de part en part (un corps, un objet, un milieu)
A. — [Le suj. désigne une pers.; avec un compl. désignant le moyen, l'instrument du procès] Synon. transpercer. C'étaient, je vous assure, de très « horrifiques » fantômes, qu'un personnage de la pièce traversait de son épée sans qu'ils donnassent le moindre signe d'émotion (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 122).
1. P. anal. Se frayer un passage à travers un ensemble, de personnes ou de choses, qui représente un obstacle. Un émissaire qui arriva son habit déchiré tant il avait eu de peine à traverser la foule, apporta le bulletin de dépouillement du scrutin (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 189). Contre-attaque sur le fort dès le soir du 2, par un bataillon du 53e régiment qui doit traverser les barrages meurtriers (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 236).
2. Au fig. Aller, grâce à une opération mentale, au delà de quelque chose constituant un obstacle, une gêne. Je traverse les apparences, j'arrive à la couleur ou à la forme réelle, lorsque mon expérience est à son plus haut degré de netteté (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 367).
B. — [Le suj. désigne une chose] Un petit morceau de bois traversait le lobe de son oreille gauche; un autre était fiché à l'aile de la narine droite (MARAN, Batouala, 1921, p. 118).
1. Empl. pronom. réciproque. On avait toujours admis comme géométriquement évident que deux courbes continues ne peuvent se traverser sans se rencontrer (BOURBAKI, Hist. math., 1960, p. 164).
2. En partic.
a) [Le suj. désigne une arme, un projectile] Synon. perforer, transpercer. Rien n'ébranla le courage du duc. Un coup de lance traversa l'arçon de sa selle; un autre dérangea son armure (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 343). Un plomb lui avait traversé les chairs, et, sans mettre sa vie en péril, lui avait appris par là que l'homme était un danger (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 188).
b) [Le suj. désigne une substance fluide]
) Synon. de s'infiltrer. [Le] « seuil d'élimination » (...) n'existe que pour certaines substances seulement, les autres traversant le rein quel que soit leur taux dans le sérum (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p. 697).
) Synon. de mouiller, tremper. La sueur qui perlait de son corps tout entier, traversant le vêtement de toile brune qu'il portait à même la peau, y faisait de larges taches humides (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 68).
À la forme passive. Une ondée tout inoffensive. Mon habit n'est pas traversé (A. FRANCE, Anneau améth., 1899, p. 90).
Empl. pronom. à valeur passive. Une toile de tente mouillée, c'est plus irritable qu'une peau fine. Vous y touchez du bout du doigt: à cet endroit là, elle se traverse et fait gouttière (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 9).
c) [Le suj. désigne une lumière, une source lumineuse ou radiante] Les rideaux de calicot blanc à bordure rouge étaient (...) complètement tirés devant les fenêtres, et le soleil, traversant la toile, jetait une lumière blonde sur le lambris (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 48). M. Bose, dont nous décrirons plus loin l'appareil si sensible, a cru observer que [les] radiations [électromagnétiques] traversaient les métaux (H. POINCARÉ, Théorie Maxwell, 1899, p. 60).
À la forme passive. Bourrasques traversées de coups de soleil (...) Cette folie du climat anglais (MAUROIS, Mes songes, 1933, p. 172).
d) [Le suj. désigne un son, une source sonore] Cri, gémissement, mélodie qui traverse la cloison, le mur. Tout d'un coup un appel traversa le bois, d'abord lointain, puis plus rapproché, celui d'une voix imitant le cri du coucou (BOURGET, Disciple, 1889, p. 159).
C. — Au fig. [Le suj. désigne une réalité abstr.] Envahir, pénétrer au plus profond de.
1. [Dans un cont. métaph.; le compl. désigne une manifestation de l'esprit humain] Ce grand courant de familiarité dévote qui avait si souvent traversé le christianisme germanique (PIRRO, J.-S. Bach, 1919, p. 45):
2. Faut-il se fier à quelques favorables présages? À ce souffle religieux, par exemple, qui traverse les œuvres récentes de quelques écrivains et que je retrouve jusque dans les feuilles éparses de la presse?
COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 119.
À la forme passive. Dans Le Retour au logis [de Fragonard], l'œuvre est traversée d'une pénétrante tendresse (NOLHAC, Fragonard, 1931, p. 155).
2. [Le compl. désigne une pers., son intelligence, sa sensibilité] Synon. passer par l'esprit (v. passer1 1re Section I A 2 a ). Un doute, une inquiétude, une supposition traverse (qqn). Le comte fronça le sourcil. Un soupçon venait de lui traverser l'esprit (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 417). Une idée seulement traversa (...) sa cervelle, mais qu'il ne put fixer, et dont il ne sentit que l'angoisse (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 66).
III. — Disposer, mettre, placer de travers (par rapport à ce qui est considéré comme normal).
A. — Spécialement
1. ÉQUIT. Traverser un cheval. Lui déplacer latéralement les hanches ou les épaules, qui ne sont plus sur la même ligne (d'apr. PETIOT 1982). Empl. pronom. réfl. Il n'était pas en selle que Cantaorc'était le nom de la bêtepiétinait, se traversait (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 413).
2. MAR. Traverser une ancre. ,,La relever lorsqu'elle est pendante et la saisir solidement à poste`` (GRUSS 1978; dict. XIXe et XXe s.). Traverser la lame. ,,Faire route de manière à la couper de bout ou perpendiculairement à sa longueur`` (BONN.-PARIS 1859; ibid.). Traverser une voile. ,,[La] pousser (...) perpendiculairement à la route, à l'axe longitudinal`` (MERRIEN 1958; ibid.).
3. MENUIS. ,,Corroyer le bois en travers, dans le sens perpendiculaire aux fibres`` (PEYROUX Techn. Métiers 1985).
B. — Au fig., vieilli. Se mettre en travers de, faire obstacle à la réalisation d'un projet, d'une action. Son or, pour traverser mes bontés paternelles, Soudoya des partis les trames criminelles (LEGOUVÉ, Mort Henri IV, 1806, I, 4, p. 349).
À la forme passive. Fabrice: À quand le mariage? Horace: À quand? Célie: Hélas! Fabrice; Comment? Notre amour serait-il traversé? Horace: Par mon père! (AUGIER, Aventur., 1848, p. 175).
REM. Traversé, -ée, part. passé en empl. adj., vieilli. [Corresp. à supra III B] Qui est soumis à une opposition, à des obstacles. [Consuelo] eut la pensée (...) de renoncer à une entreprise déjà si traversée, et qui avait failli lui devenir funeste (SAND, Consuelo, t. 2, 1842-43, p. 18). Ces hommes [les Shakespeare, les Molière etc.] ont des destinées diverses, traversées; ils souffrent, ils combattent, ils aiment (SAINTE-BEUVE, Portr. littér., t. 2, 1835, p. 2).
Prononc. et Orth.:[], (il) traverse [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Fin Xe s. fig. « percer de part en part » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 338); 2. 1580 « se frayer un passage au travers » (GARNIER, Antigone, éd. W. Foerster, III, p. 58); 1839 fig. « pénétrer subitement au plus profond de l'être » (BALZAC, Béatrix, p. 201); 3. 1718 part. passé « avoir les vêtements mouillés jusqu'à la peau » (Ac.). B. 1. Ca 1100 traverser un pont (Roland, éd. J. Bédier, 2690); 2. ca 1140 « parcourir un espace d'un bout à l'autre » (Pélerinage Charlemagne, éd. G. Favati, 101); 3. 2e moit. du XIIIe s. « franchir dans le sens transversal quelque chose qui s'étend en longueur » (Gaufrey, 117 ds T.-L.); 4. a) 1580 (de choses sans mouvement) « s'étendre, s'allonger au travers de » (B. PALISSY, Disc. admir., p. 180); b) 1583 (de choses mobiles) « se déplacer, aller à travers » (GARNIER, Les Juifves, éd. W. Foerster, III, p. 163); 5. 1808 « se trouver dans une période caractérisée par un certain état » (DELILLE, Trois règnes, III ds LITTRÉ); 1839 traverser les âges (LAMARTINE, Recueillements poétiques, I, XXV (éd. Garnier, 1925) ds ROB. 1985). C. 1. 1174-76 fig. « faire obstacle, s'opposer à, empêcher » (GUERNES DE PONT-SAINTE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 2363); 2. 1687 « mettre en travers en faisant obstacle » (BOSSUET, Louis de Bourbon ds LITTRÉ); 3. 1694 traverser l'ancre (CORNEILLE); 4. 1913 alpin. (Écho des Alpes, n° 12, déc., p. 530 ds QUEM. DDL t. 27). D. Empl. pronom. 1. ca 1160 « aller au travers de » (Moniage Guillaume, 2084 ds T.-L.); 2. 1680 (en parlant d'un cheval) « jeter la croupe d'un côté, la tête d'un autre » (RICH.). Du lat. pop. traversare, lat. transversare « remuer en travers », de tranversus, v. travers. Fréq. abs. littér.:10 093. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 12 975, b) 17 249; XXe s.: a) 14 425, b) 13 932.
DÉR. Traversable, adj. Susceptible d'être traversé. Il n'y a de tranquille et de traversable que l'Attique (LAMART., Corresp., 1832, p. 293). Lentement naissait et prenait corps une certaine chose grave, imprécise, d'immense hauteur au-dessus de la vie, devant quoi la mort elle-même paraissait secondaire et même traversable (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 313). []. 1re attest. 1819 (BOISTE); de traverser, suff. -able.
BBG. — QUEM. DDL t. 5, 27.

traverser [tʀavɛʀse] v. tr.
ÉTYM. 980; d'un lat. pop. traversare, lat. class. transversare, de transversus. → Travers.
———
I (1080).
1 Parcourir (un espace) d'une extrémité, d'un bord à l'autre. Franchir, parcourir. || Traverser des forêts (→ 1. Aller, cit. 19), des bois (cit. 8), des marais (cit. 1), de vastes déserts de neige (cit. 2). || Traverser la Manche (→ Frapper, cit. 22). || « Je n'ai donc traversé tant de mers, tant d'États… » (cit. 139). || Traverser l'eau (→ Passeur, cit. 1), un gué (1. Gué, cit. 1), une rivière.Traverser une ville (→ Déroute, cit. 6), des villages (→ 2. Marche, cit. 17). || Traverser une salle (→ Chambre, cit. 13.3; descendre, cit. 4). || Traverser l'espace (cit. 23). || Traverser un pays dans tous les sens. Sillonner.Spécialt. Couper perpendiculairement (une voie de communication). || Traverser la rue (→ Encombrement, cit. 3; pharmacien, cit. 3), la route (→ Hérisson, cit. 2), la voie (→ Portillon, cit. 1), l'allée (→ Diriger, cit. 8).Absolt. || Le piéton ne traverse pas assez vite (→ Signal, cit. 3). || Défense de traverser en dehors des passages pour piétons.Traverser un pont (expression blâmée par les puristes, mais qui remonte à la Chanson de Roland) : aller d'un bout à l'autre du pont dans le sens de la longueur (→ 1. Nu, cit. 15, Balzac; remonter, cit. 12, Chateaubriand; tablier, cit. 2, Hugo; tarir, cit. 6, Zola).Absolt. → ci-dessous cit. 1 et 2.1.
1 (…) du monde sortait continuellement du passage Jouffroy, des gens attendaient cinq minutes avant de pouvoir traverser, tant la queue des voitures s'allongeait.
Zola, Nana, I.
2 Quand on traversait une zone de lumière plus vive, elle reculait sa tête au fond de la voiture.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XX, p. 276.
2.1 La môme ne m'avait pas vu, j'étais sur l'autre trottoir et j'ai vite traversé pour être reconnu (…)
É. Ajar (R. Gary), la Vie devant soi, p. 110.
Absolt. Alpin. Effectuer une traversée.
(Fin XVIe; en parlant de choses mobiles). || Le train traverse une plaine (→ Cribler, cit. 8). || Les bateaux traversent l'estuaire (→ Marée, cit. 5).(D'un cours d'eau). || Une rivière traverse le parc. Arroser (→ Imprimer, cit. 12; et aussi 1. air, partager, cit. 17). Par anal. || Un courant d'air (cit. 16) traversa la salle.
3 Un omnibus Clichy-Odéon débouchait de la rue des Saints-Pères, traversant la chaussée, pour s'engager sur le pont.
Paul Léautaud, le Théâtre de M. Boissard, XLIII.
2 (Fin XVIe; choses sans mouvement). Être, s'étendre, s'allonger au travers de… || Chemin (cit. 2) de fer, route qui traverse un pays, une montagne (→ 1. Droit, cit. 27; enclos, cit. 2; montée, cit. 9). || La route traverse la voie ferrée. Croiser. || Ces lianes traversent des bras de rivière (→ Feston, cit. 2).Passif et p. p. || La queue grise du gerfaut (cit. 1) est traversée de lignes brunes. || Front traversé d'une profonde balafre (cit.). Barrer. || Plafond d'une cuisine (cit. 2), traversé par des solives apparentes.
3 Aller d'un bout à l'autre de (un espace de temps), dépasser (un état durable). || Traverser les âges (→ Iris, cit. 4). || Traverser une période (cit. 5), une époque (→ Déteindre, cit. 2), une courte saison (→ Course, cit. 18). Passer (par). || Les états que traverse l'humanité (→ Fautif, cit. 3; et aussi indifférence, cit. 28).Traverser une crise (→ Après-guerre, cit. 2; gémir, cit. 18; neurasthénie, cit. 1), une période de chance.
4 Ô malheureux ! vos noms traverseront l'histoire
À jamais balafrés par l'ombre qui tombait
Sur vos drapeaux des bras difformes du gibet.
Hugo, la Légende des siècles, XXXI, II.
5 Shakespeare, comme La Fontaine, ne fit que traverser le mariage.
Hugo, Shakespeare, I, I, III, 2.
4 (Fin XVIe). Dans l'ordre psychologique. Passer par (l'esprit). || Une supposition (cit. 5) me traversa l'esprit. Présenter (se). || Les puérilités (cit. 2) qui traversent la cervelle du plus grand génie.
6 Des théories analogues ont plusieurs fois traversé l'imagination des hommes, et des théories analogues la traverseront encore plus d'une fois.
Taine, les Origines de la France contemporaine, II, t. II, p. 77.
———
II
1 (1808). Passer, pénétrer de part en part, à travers (un corps, un milieu interposé). Percer, transpercer (plus rare que ces verbes, en parlant des choses solides). || Le cadavre du suicidé (cit. 5) sera traversé d'un pieu. || Il faut traverser plusieurs couches de terre (→ Puisatier, cit.).Lumière, jour, radiation qui traverse un milieu. Transparent (→ Cornée, cit.; éclair, cit. 3; feuille, cit. 14; insolation, cit. 1; ombrelle, cit. 2; 1. point, cit. 15; prismatique, cit. 2).Par anal. || Le regard glisse sur les objets sans les traverser (→ Auner, cit. 3; et aussi littérature, cit. 23). || L'eau traverse la toile. Filtrer (→ Planter, cit. 9). || La sueur avait traversé la chemise (→ Saignée, cit. 3). || L'éclair traverse les nues. Fendre.(Abstrait). Se faire sentir (sur une ligne, un trajet). || Une douleur fulgurante (cit. 4) le traverse d'une épaule à l'autre (→ Aura, cit. 2). || Des ondes (cit. 18) heureuses la traversaient.
7 Jamais l'aspect des autres ne s'offrit à moi comme ce qu'il faut crever, comme ce qu'il faut traverser pour les atteindre.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, XVIII.
2 (1669). Personnes. Se frayer un passage à travers (des personnes rassemblées). || Traverser un groupe, une foule, plusieurs rangs de spectateurs… (→ Éperon, cit. 5).
8 Pour arriver seulement à la porte, les magistrats municipaux devaient d'abord, au péril de leur vie, traverser la foule ameutée, les cris des femmes, les menaces des robustes mendiants que nourrissaient les monastères.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, VII.
———
III
1 (1687). Sans mouvement. a Être en travers de… en faisant obstacle. || Banc de sable qui traversait le chenal (→ Sonde, cit. 1).
b (V. 1190). Fig. et vx. Se mettre en travers de, s'opposer à. Empêcher. (→ Cas, cit. 26; honneur, cit. 45). || Traverser les desseins de quelqu'un.
9 Et je tiens que jamais de tous ces vains propos
On ne doit d'un mari traverser le repos (…)
Molière, Tartuffe, III, 5.
10 Mille obstacles divers m'ont même traversé (…)
Racine, Bajazet, I, 1.
11 (…) mais Mme de Valentinois, ayant été avertie du dessein de ce mariage, l'avait traversé avec tant de soin, et avait tellement prévenu le roi que, lorsque M. d'Anville lui en parla, il lui fit paraître qu'il ne l'approuvait pas (…)
Mme de La Fayette, la Princesse de Clèves, t. I.
c Au p. p. || Le développement sans cesse retardé, dérangé, traversé d'une idée. Interrompre (→ Nature, cit. 36).
12 On n'imagine rien de plus traversé que ces amours de Pierre et d'Angélique, depuis les Montaigu et les Capulet.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XIII.
2 (V. 1155). Mettre de travers.Équit. || Traverser le cheval, le mettre de travers.
13 Pour partir au galop à droite, le cavalier traverse d'abord le cheval, en déplaçant légèrement les hanches à droite par une pression de la jambe gauche et en soutenant le poignet gauche (…) Il le laisse se redresser dès que le départ est obtenu (…) Dès que le cavalier a compris le mécanisme du départ au galop, il cesse peu à peu de traverser son cheval et prend le galop en maintenant son cheval aussi droit que possible (…)
Henri Aublet, l'Équitation, p. 69-70.
Pron. (1680; « aller au travers de », fin XIIe). || Cheval qui se traverse.(1694). Mar. || Traverser l'ancre, « la relever lorsqu'elle est pendante, presque sur le plat-bord de côté du navire sur l'avant, et l'y saisir solidement à poste » (Gruss). || Traverser une voile, en border l'écoute au vent pour activer la manœuvre.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
traversé, ée p. p. adj. Voir à l'article.
Spécialement :
1 (1611). Vx. || Cheval traversé, large et fort de poitrail.
2 (1836). Vx. Complètement trempé de pluie.
DÉR. Traversable, traversage, 1. traversant, 2. traversant, traversée.
COMP. Retraverser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • traverser — Traverser. v. act. Passer au travers, d un costé à l autre. Traverser une Province, une campagne, une forest, une riviere. vous n avez que la ruë à traverser. Il signifie aussi, Estre au travers de quelque chose. L allée qui traverse le jardin.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Traverser — Trav ers*er, n. 1. One who, or that which, traverses, or moves, as an index on a scale, and the like. [1913 Webster] 2. (Law) One who traverses, or denies. [1913 Webster] 3. (Railroad) A traverse table. See under {Traverse}, n. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • traverser — Traverser, et percer tout oultre, Transfigere, Traiicere. Traversé, Transfixus, Traiectus …   Thresor de la langue françoyse

  • traverser — (tra vèr sé) v. a. 1°   Passer à travers, d un côté à l autre. •   Ainsi, au premier avis que le hasard lui porta d un siége important, il traverse tout un grand pays, BOSSUET Louis de Bourbon.. •   Nous allons traverser les sables de Libye,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TRAVERSER — v. a. Passer à travers, d un côté à l autre. Traverser une province. Traverser une campagne, une forêt, une rivière, un marais. Vous n avez que la rue à traverser. Traverser une rivière à la nage. En termes de Marine, Traverser la lame.   Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TRAVERSER — v. tr. Passer à travers, d’un côté à l’autre. Traverser une province. Traverser une forêt. Vous n’avez que la rue à traverser. Traverser une rivière à la nage. Il signifie encore Percer de part en part. La pluie a traversé son manteau, ses habits …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • traverser — vt. ; transpercer, passer à travers : TRAVARSÂ (Albanais.001, Annecy.003, Compôte Bauges, Cordon.083b, Montendry, Saxel.002, Table, Thônes.004, Villards Thônes.028), travèrsâ (083a, Arvillard.228, Montagny Bozel.026, NotreDame Be.), travèssâ… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • traverser —    le pont, la rue, pour dire, les parcourir dans leur longueur. Cette façon de parler ne rend pas l idée qu on a: traverser signifie parcourir l étendue d un lieu considéré dans sa largeur; ainsi, traverser la rue, c est passer d un côté à l… …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • Traverser — A Traverser may be a * Transfer table in railway terminology * Portainer (container crane) in marine/shipping terminology …   Wikipedia

  • traverser — noun see traverse II …   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.